2.1 Research and Analysis

Établir un calendrier de production>

Le tableau 1 dresse la liste des étapes possibles pour la recherche et l’analyse lors de la préparation d'un Rapport sur le développement humain national ou régional. Comme ailleurs dans les modules, ces étapes ne seront pas nécessairement suivies dans l'ordre indiqué ici. Par exemple, la collecte des données se fera probablement de façon continue. En outre, afin de faciliter la présentation et la compréhension, les étapes décrites dans ce module sont séparées de celles évoquées dans le module sur la rédaction et la publication. Cependant, dans la pratique, certaines des recherches et analyses se dérouleront nécessairement en même temps que le processus rédactionnel. Enfin, il convient de rappeler que la consultation, la participation active de tous les partenaires et parties prenantes, ainsi que la sensibilisation, doivent être des éléments constants figurant dans toutes les étapes de ce module et dans tous les modules.

Tableau 1 : Étapes fondamentales de la recherche et de l’analyse
Recherche Collecte et traitement des données
Analyse Aborder le thème général du développement humain
Aborder le thème spécifique et les questions connexes
Évaluer les politiques nationales de développement pertinentes
Résultats Formuler les conclusions du rapport
Émettre des recommandations/td>
Permanent Participation, consultation et partenariats
Sensibilisation

Un calendrier de production doit être établi au moyen de consultations menées auprès de tous les membres de l'équipe en charge du RDH national ou régional et des structures y afférentes, notamment le comité de pilotage. Il doit couvrir toutes les phases de production du rapport, depuis les recherches jusqu'à la première version préliminaire, la deuxième version et ainsi de suite. Les délais de réalisation de chacune des phases doivent être déterminés d'un point de vue pratique, afin que l'attente quant à leur concrétisation soit raisonnable.

Nommer un coordinateur pour contrôler le calendrier et les délais de production. Ce coordinateur doit être associé à l'interlocuteur institutionnel ou basé au sein de l'institution responsable. Il doit aider l'équipe et l'institution responsable à gérer le processus de RDH et à planifier en amont afin de respecter la voie choisie, les délais et le budget. Il doit réaliser cette mission en veillant à aider l'équipe du RDH et le comité de pilotage à suivre le cadre de gestion axée sur les résultats du Programme des Nations unies pour le développement. Adopter une approche axée sur les résultats améliore l'efficacité de la gestion et la reddition de comptes, en définissant des résultats escomptés qui soient réalistes, en assurant le suivi des progrès réalisés vers l'obtention de ces résultats, en intégrant les enseignements tirés des décisions en matière de gestion et en rendant compte des performances.

Procéder à une collecte et à un traitement exhaustifs des données

Une collecte minutieuse de données de qualité au cours du processus de RDH est essentielle pour deux raisons majeures. En premier lieu, l'inclusion de données précises et actualisées augmente la valeur d'un RDH en tant que source d'information sur le développement national ou régional. En second lieu, avoir à disposition des données détaillées permet d'étayer avec précision les analyses lors de la préparation du rapport.

Pour une collecte exhaustive des données, la méthodologie à suivre inclura probablement au moins les étapes suivantes:

  • Mener une enquête sur les données disponibles sur le thème du RDH et des enjeux connexes, ainsi que celles sur les indicateurs de développement humain. En toute logique, la première initiative à prendre pour la création de données pertinentes est de passer en revue les données déjà disponibles sur le thème du RDH spécifique et sur la situation du développement humain dans le pays ou la région. Les services statistiques des commissions régionales des Nations Unies, de l'Organisation internationale du Travail, du PNUD, de l'UNICEF, de la Banque mondiale, de l'Organisation mondiale de la Santé et autres organisations internationales, ainsi que des organisations spécialisées gouvernementales, non gouvernementales et de la société civile recèlent un large éventail de données utiles.
  • Mettre en place un partenariat institutionnel sur les questions relatives aux données avec les bureaux nationaux de statistiques. Au niveau local ou régional, les données issues des organisations internationales peuvent ne pas être suffisamment détaillées ou nuancées. L'aide des bureaux nationaux de statistiques est donc cruciale pour la collecte ou la production de données qualitatives et quantitatives pertinentes et fiables. Il est judicieux de tisser des liens avec les bureaux nationaux de statistiques et d'aborder avec eux toutes les données figurant dans le rapport : ils sont souvent les mieux placés pour vous aider à trouver les données appropriées et vous avertir des problèmes avec les données que vous prévoyez d'utiliser. Dans les pays où les capacités statistiques sont insuffisantes, l'équipe chargée du RDH doit encourager ces parties prenantes à participer au processus de RDH et à prendre contact avec des experts en statistiques internationaux et autres personnes intéressées par ce thème. En effet, un objectif secondaire du processus de RDH doit être de promouvoir les capacités nationales de collecte et d'analyse des données. Le PNUD peut apporter son aide dans cette mission.
  • Contrôler régulièrement la disponibilité, la fiabilité et la pertinence des données quantitatives. Revoir les données contestables, mettre à jour les données et combler les lacunes de données (figure 1). (Le RDH 2004 de l'Afghanistan et le rapport 2004 du Kosovo donnent des exemples d'actions qui ont réussi à combler les lacunes de données). Toujours chercher la meilleure utilisation possible des données.
  • Étudier les niveaux utiles de désagrégation des données. Les moyennes nationales ou régionales peuvent masquer d'importantes disparités de développement et poches de pauvreté au sein d'une population. En ventilant les données nationales ou régionales en fonction de différentes catégories de population (sexe, lieu de résidence urbain ou rural, âge, localisation régionale, religion, groupe ethnique, etc)., l'équipe du RDH peut commencer à mieux cerner certains points, comme la répartition de la pauvreté et la nature des inégalités de développement (Voir le RDH 2002 de la Bulgarie, le RDH 2002/2003 de l'Égypte et le RDH 2001 du Népal). L'équipe peut également ventiler des séries chronologiques pour évaluer les tendances du développement au sein de différents groupes de population, régions ou secteurs. (Un exemple d'utilisation de désagrégation des données pour appuyer les recommandations de politiques est présenté dans le RDH 2006 en Croatie).
  • Identifier les besoins en matière de données qualitatives non statistiques et organiser entre autres des entrevues, des enquêtes, des sondages d'opinion, des études sur la perception ou des groupes de discussion afin de répondre aux besoins. Les évaluations qualitatives participatives représentent un moyen de comprendre le point de vue des gens sur le développement au sein de leur propre réalité (encadré 1). (Le cas du Chili est pertinent). En outre, les enquêtes et autres méthodes de consultation par exemple, offrent aux gens la possibilité d'exprimer leurs aspirations et de participer au processus de sensibilisation en faveur des politiques qui reflètent ces aspirations. Les données contextuelles non statistiques sont également utiles pour mener des analyses institutionnelles et des parties prenantes afin de formuler des recommandations de politiques, ainsi que pour identifier les enjeux cruciaux exigeant des réponses politiques rapides. (Le RDH 2003 sur les Roms en donne un exemple).

Organiser des consultations à grande échelle

Le lien fondamental entre la participation, la consultation et l'appropriation locale apparaît clairement dans les recherches et analyses effectuées au cours du processus de RDH. Des mécanismes participatifs impliquant des structures organisées de dialogue sont nécessaires pour affiner et renforcer les recherches et analyses, qui s'attachent, preuve à l'appui, aux besoins, aux opinions et aux expériences des parties prenantes, et qui tiennent compte des points de vue des parties prenantes directes sur le thème et les questions connexes. Ces mécanismes comportent obligatoirement des consultations, qui peuvent prendre la forme de conférences, réunions ad hoc, ateliers, séances d'échange d'idées, groupes de discussion ou entretiens, avec des personnes de différents groupes constitués selon le milieu rural ou urbain, l'âge, le sexe, le statut socio-économique, etc. (Un RDH en Thaïlande en donne un exemple).

Ces mécanismes participatifs et ces consultations encouragent l'appropriation locale du processus de RDH. Ils contribuent également à susciter l'intérêt du public pour le rapport, à faire participer les parties prenantes aux initiatives afin de valider les conclusions du rapport et ils représentent une première étape dans la mobilisation de l'opinion publique en faveur de la mise en œuvre des recommandations du rapport.

La communauté pour le développement humain

Les alliances pour le développement humain et autres rapports de consultation qui ont été entrepris dans le cadre de la création de la communauté pour le développement humain au cours des étapes préliminaires du processus de RDH dans le pays ou la région, doivent être enrichis par la composante recherches et analyses du processus de RDH.
Ainsi, le gouvernement et le Bureau de pays, le Bureau régional ou le Centre régional du PNUD doivent être incités à devenir partenaires des recherches et analyses. Ils peuvent aussi jouer le rôle de voie d'accès à l'expertise nationale, régionale et internationale. Pour les rapports nationaux, les Bureaux de pays sont encouragés à s'appuyer sur l'expertise des Bureaux régionaux, des Centres régionaux et des conseillers en politiques, au cours des étapes critiques du processus de RDH. Les Centres régionaux et les Bureaux régionaux du PNUD doivent exercer un contrôle du contenu et de la qualité des RDH régionaux. De même, les parties prenantes et partenaires institutionnels internationaux, comme le PNUD, l'UNICEF, l'Organisation mondiale de la Santé et la Banque mondiale, ainsi que les acteurs nationaux non gouvernementaux du développement et les organisations de la société civile à tous les niveaux, doivent être sollicités pour leurs points de vue et compétences, données, expériences et études de cas utiles. Des consultations ponctuelles, des contacts périodiques, des recherches conjointes ou des travaux de collecte de données sont des exemples de mécanismes appropriés. L'objectif doit être également de chercher à favoriser l'échange régulier des données, analyses, expériences et bonnes pratiques dans l'ensemble du pays ou de la région, afin d'enrichir les travaux en cours au sein de la communauté locale de développement humain, pendant et après la préparation du rapport.

Bonnes pratiques en matière de consultation

La mise en place de bonnes pratiques en matière de consultation requiert des outils appropriés, afin que l'équipe chargée du RDH puisse impliquer les parties prenantes et gérer efficacement le processus, tout en créant un environnement qui encourage une écoute attentive, une compréhension de l'utilité des suggestions et l'application de toutes les bonnes recommandations. Voici plusieurs aides possibles afin d'y parvenir:

  • Le Bureau du Rapport sur le développement humain et le Bureau des politiques de développement du PNUD peuvent apporter des conseils et un grand soutien pratique sur le processus de consultation. Cela peut inclure des contacts avec des experts compétents.
  • Les documents de référence destinés aux consultations doivent être préparés avec soin et distribués à l'avance. Les participants peuvent par exemple recevoir une note d'information et une note d'évolution sur le processus de RDH, un programme de consultation, une note conceptuelle sur l'objet de la consultation, des documents de recherche, des notes d'orientation pour tous les sous-groupes de discussion et des questionnaires pour évaluer les points de vue des participants sur le processus de consultation qui pourra ensuite être utilisé pour améliorer les consultations futures.
  • Les membres de l'équipe, dont les auteurs et contributeurs, doivent participer aux consultations qui peuvent être organisées séparément en fonction des différentes questions liées au thème. (Consulter le module sur les étapes préliminaires pour voir des exemples de parties prenantes à cibler). Il faut veiller à ce que les différents membres de l'équipe chargée du rapport national ou régional se réunissent régulièrement pour discuter des données recueillies. Le chef d'équipe, les rédacteurs et les réviseurs, le noyau dur de chercheurs et d'analystes, le spécialiste des questions de genre et l'expert en statistiques, l'interlocuteur institutionnel, les représentants de l'institution responsable, le groupe de lecture et d'examen, le comité consultatif, le comité de pilotage et les autres consultants et conseillers doivent se réunir, tous ensemble ou séparément, afin de rester informés et actifs pour répondre aux besoins rencontrés et aux autres questions liées à l'élaboration du rapport et aux initiatives subséquentes.
  • Les membres de l'équipe, dont les auteurs et contributeurs, doivent participer aux consultations qui peuvent être organisées séparément en fonction des différentes questions liées au thème. (Consulter le module sur les étapes préliminaires pour voir des exemples de parties prenantes à cibler). Il faut veiller à ce que les différents membres de l'équipe chargée du rapport national ou régional se réunissent régulièrement pour discuter des données recueillies. Le chef d'équipe, les rédacteurs et les réviseurs, le noyau dur de chercheurs et d'analystes, le spécialiste des questions de genre et l'expert en statistiques, l'interlocuteur institutionnel, les représentants de l'institution responsable, le groupe de lecture et d'examen, le comité consultatif, le comité de pilotage et les autres consultants et conseillers doivent se réunir, tous ensemble ou séparément, afin de rester informés et actifs pour répondre aux besoins rencontrés et aux autres questions liées à l'élaboration du rapport et aux initiatives subséquentes.

Mesure du développement humain

Les RDH mondiaux ne peuvent aborder que dans les grandes lignes les questions de développement et appliquer les analyses sur l'indice de développement humain que dans certains pays ou régions. Les équipes en charge des rapports nationaux et régionaux sont bien mieux placées pour identifier les caractéristiques locales de l'inégalité et de l'exclusion, puis pour proposer des politiques spécifiques et concrètes basées sur ces travaux. Il est donc essentiel pour ces équipes de mettre notamment l'accent sur une analyse de l'indice de développement humain national ou régional [1158 ko] qui reflète plus fidèlement la situation locale, nationale ou régionale.

Les équipes des RDH nationaux et régionaux sont également mieux placées pour améliorer le suivi des enjeux en matière de développement humain au niveau national ou régional, en fournissant des données ventilées afin d'identifier les disparités importantes entre des groupes sociaux définis par leur position géographique, leur appartenance religieuse, leur sexe, leur statut socio-économique, ou leur identité raciale ou ethnique.

Tout au long de ces travaux, il est important de rester attentif aux nouvelles méthodes de mesure du développement qui répondent plus précisément aux besoins spécifiques du pays ou de la région. La dernière édition du RDH mondial et le site Web du PNUD sur le RDH doivent être consultés pour obtenir des informations utiles et des pistes sur les nouvelles méthodes.

Il est également possible de se référer au Rapport sur le développement humain 2010, La vraie richesse des nations : Les chemins du développement humain, qui analyse d'autres concepts pour la mesure du développement humain, comme l'indice d'inégalité de genre [644 ko], l'indice de développement humain ajusté aux inégalités [735 ko] et l'indice de pauvreté multidimensionnelle [1074 ko]. De même, d'autres indices de développement peuvent être révélateurs, surtout si ces derniers peuvent être associés à une présentation de données précises, même en nombre limité. Ces indices peuvent inclure l'indice de pauvreté humaine, l'indice sexospécifique du développement humain et l'indice de participation des femmes.

Des enquêtes complémentaires sur des aspects critiques du développement humain seraient également utiles. Celles-ci pourraient traiter des droits de l'homme, des libertés politiques, d'autres domaines d'autonomisation, de participation, de durabilité, de sécurité humaine, ou d'un programme plus vaste de recherche sur les politiques, afin de répondre aux enjeux du développement national ou régional.

Il faut consulter en temps utile le Bureau du Rapport sur le développement humain au sujet de tous les indicateurs, pour s'assurer que leur utilisation est appropriée.

Dans le cadre de la planification générale de la stratégie de communication et médiatique, des décisions doivent être prises dès maintenant pour sélectionner les bonnes données de mesure sur le développement humain et les liens entre ces données et les objectifs spécifiques de sensibilisation.

Le tableau 2 présente quelques exemples d'innovations apportées à la mesure du développement par les équipes en charge du RDH.

Tableau 2 : Exemples choisis de méthodes innovantes pour mesurer le développement
Pays/région, année Description
Indice de développement humain Indice de développement humain
Argentine, RDH 2002 A élargi l'IDH en ajoutant des mesures quantitatives de la mortalité infantile, du chômage et de la qualité de l'éducation
Colombie, RDH 2003 A adapté l'IDH pour y inclure une mesure des effets de la violence
Costa Rica, RDH 2005 A adapté l'IDH pour étudier la relation entre l'insécurité des citoyens et le développement humain
Europe de l'Est et Asie centrale, RDH 2003 A mené auprès des ménages des enquêtes transfrontalières sur les Roms, afin de créer un IDH sur ces derniers dans cinq pays d'Europe centrale et de l'Est
Mongolie, RDH 2003 A utilisé un IDH qui différencie la population selon les régions urbaines et rurales et les provinces et les villes
Indice d'autonomisation humaine
République dominicaine, RDH 2008 A créé un indice composé d'un sous-indice pour mesurer l'autonomisation des individus et un sous-indice pour mesurer l'autonomisation collective
Népal, RDH 2004 A inventé un indice d'autonomisation humaine pour identifier les régions pauvres et les groupes exclus et pour recommander des initiatives appropriées
Indice de développement humain ajusté aux inégalités Indice de développement humain ajusté aux inégalités
Amérique latine et Caraïbes, RDH 2010 A utilisé les données de l'enquête auprès des ménages sur 18 pays de la région pour élaborer un indice de développement humain ajusté aux inégalités
Mexique, RDH 2002 A créé un indice sensible aux inégalités en matière de revenus, d'éducation et de santé
Mexique, RDH 2010 A calculé un IDH ajusté aux inégalités pour chaque municipalité, puis pour chaque État, en fonction des inégalités mesurées dans les municipalités de l'État
Multidimensional poverty index Multidimensional poverty index
Colombie, 2011 Le gouvernement a lancé une mesure de la pauvreté multidimensionnelle qui couvre une demi-douzaine de dimensions autour de 15 indicateurs (la mesure n'est pas l'élément central d'un RDH)
Mexique, 2009 Le gouvernement a lancé une mesure de la pauvreté multidimensionnelle associant deux composantes : les droits sociaux et le bien-être économique (la mesure n'est pas l'élément central d'un RDH)
Autres indices Indice des inégalités de genre
District de Bankura, Bengale-Occidental, Inde, RDH 2007 A utilisé le concept de radar du développement humain pour mesurer et comparer huit indicateurs de développement humain; a aussi mesuré d'autres indicateurs
Bosnie-Herzégovine, RDH 2003 et 2007 A entrepris une action concertée pour le contrôle des politiques et l'utilisation d'indicateurs spécialement conçus pour les Objectifs du millénaire pour le développement et l'exclusion sociale
Thaïlande, RDH 2003 A créé un indice de performance humaine qui réunit 40 indicateurs spécifiques en huit composantes du développement humain

Aborder le thème du RDH spécifique et les questions connexes

Identifier et mettre en œuvre des méthodes appropriées pour mener des recherches sur le thème du RDH. À certains égards, ces méthodes peuvent refléter le cadre conceptuel adopté pour la présentation de l'analyse du thème dans le rapport. (Voir le module de production). Les étapes suivantes peuvent contribuer à obtenir un processus d'analyse fructueux:

  • Définir clairement le thème et détecter les questions clés y afférentes ; établir un cadre conceptuel reliant le thème aux préoccupations en matière de développement humain. Cette initiative doit être le prolongement naturel des actions entreprises lors de la sélection du thème. Le RDH 2007 de la Mongolie donne un bon exemple de cadre conceptuel associant thème et développement. Certains des RDH mis en exergue dans le tableau 2 constituent des exemples supplémentaires.
  • Effectuer un examen de la documentation disponible, puis créer et garder à jour un organe d'archivage des documents clés issus de sources locales et externes sur le thème et les questions connexes.
  • Organiser des consultations et des séminaires sur le thème et les questions connexes. Des lecteurs et des experts techniques internes et externes peuvent faire partie des participants. L'objectif doit être d'identifier et d'étudier les aspects fondamentaux du thème, les politiques stratégiques dans le domaine du thème, les expériences pertinentes dans d'autres pays, ainsi que les sous-thèmes et questions connexes. Les consultations doivent avoir lieu dans un climat propice à des débats ouverts sur n'importe quel sujet, quel que soit son degré de sensibilité. Une telle démarche peut également faire avancer les actions de sensibilisation et renforcer l'intérêt porté au processus de RDH.
  • Mener des entrevues et des enquêtes pour connaître les points de vue des personnes qui doivent surmonter au quotidien les problèmes analysés dans le RDH. (Le RDH 2002/2003 en Lettonie représente un exemple de cela). Inclure également ceux qui peuvent traditionnellement être exclus, comme les femmes, les pauvres, les minorités ethniques, les habitants de régions reculées, les enfants, les personnes âgées, les personnes vivant avec le VIH/SIDA, les personnes handicapées et autres.
  • Charger des experts de mener des recherches préliminaires et de rédiger d'autres documents de référence. Identifier les experts locaux qui peuvent entreprendre des recherches conceptuelles, réaliser des études de cas et des enquêtes, et rédiger des articles théoriques et sur des questions de fond pour aider à approfondir et élargir l'analyse et la portée du rapport. Un RDH en Afghanistan en est un cas représentatif. Travailler avec des experts locaux améliore l'appropriation nationale du rapport et peut contribuer au débat local, au renforcement des capacités et à l'adhésion. Dans le cas où la présence de consultants internationaux serait également souhaitable, impliquer le comité de pilotage dans le travail de sélection. Dans la mesure du possible, le résultat doit contribuer directement au contenu de l'analyse évolutive. L'un des objectifs doit être de promouvoir la création de nouvelles connaissances.

Entreprendre une évaluation critique des politiques gouvernementales de développement concernées

L'analyse des politiques doit constituer une activité centrale de tous les processus de RDH. Cette analyse consiste à synthétiser les informations, y compris les recherches, pour examiner de façon systématique les causes et conséquences des politiques actuelles ; évaluer la performance de ces politiques et formuler des propositions de politiques. La volonté d'influencer la politique de développement ne doit pas être sacrifiée à la crédibilité. Un RDH ne doit pas éviter les questions difficiles ou sensibles. Édulcorer l'analyse ou chercher à se conformer à des positions établies ou acceptées peut conduire à l'omission de certaines conclusions importantes. Il est préférable de suivre les éléments de preuves.

Pour réaliser une bonne analyse des politiques, l'équipe chargée du rapport peut envisager de suivre les étapes suivantes:

  • Organiser des réunions pour déterminer les questions liées aux politiques auxquelles le rapport cherchera à répondre. Les questions qui ont trait au développement humain dans le pays en général et sur le thème spécifique du rapport doivent être examinées d'un point de vue politique.
  • Étudier l'efficacité des politiques actuelles ou antérieures. Inclure une analyse des indicateurs de suivi des politiques qui peuvent être retracés d'une année sur l'autre.
  • Examiner les traditions, les normes historiques et culturelles, et l'environnement social et économique pour évaluer les contraintes locales concernant l'élaboration des politiques.
  • Explorer les facettes du contexte régional et mondial qui élargissent ou limitent les choix politiques du gouvernement. Inclure les politiques d'autres gouvernements et institutions régionales ou internationales.
  • Identifier d'autres politiques possibles. Étudier les expériences d'autres pays qui sont aux prises avec des problèmes similaires dans des circonstances similaires.
  • Mettre en place un scénario de référence qui indique le résultat si les tendances actuelles se poursuivent sans encombre. Effectuer des analyses structurées de toutes les alternatives, notamment des analyses de rentabilité. (Le cas de la Chine en est un exemple). Pour chaque option, évaluer les unités supplémentaires de bons résultats qui en découleront si une somme X en dollars additionnelle est dépensée pour chaque unité de service Y supplémentaire. Comparer les compromis en matière d'efficacité des ressources pour différents résultats. Identifier les gagnants et les perdants potentiels. Prévoir et évaluer les impacts éventuels à micro-échelle des changements de politique.

En s'appuyant sur les constatations, dresser des conclusions du rapport pertinentes

Tester les conclusions lors des consultations et des colloques organisés sur les enjeux et perspectives figurant dans le rapport. Tous les membres de l'équipe chargée du rapport national doivent y prendre part, y compris les lecteurs, les experts techniques et les examinateurs.

Formuler des recommandations claires, concrètes et pratiques

Le résultat de l'analyse des politiques nationales de développement pertinentes et de leurs alternatives doit être l'aboutissement de recommandations solidement étayées et réfléchies, qui peuvent servir d'outils pour promouvoir un débat public sérieux sur les questions de développement et pour défendre les bonnes initiatives gouvernementales visant à favoriser le développement humain.

  • Chaque recommandation doit inclure une description et une analyse de la stratégie d'intervention de base, dresser la liste des organismes qui mettraient en œuvre cette stratégie et répondre aux probables besoins de financement et de ressources supplémentaires.
  • La valeur de ces recommandations dépendra de l'exhaustivité des points de vue des contributeurs à l'égard de l'analyse, de la clarté de cette dernière et de la solidité de l'examen des politiques alternatives.