2.3. Processus d'examen

1. Présenter la version préliminaire pour examen interne

Partagez la première version préliminaire avec le comité de pilotage, le comité consultatif, d'autres conseillers, les auteurs des documents de référence, les intervenants et autres spécialistes impliqués dans la création du projet. L'un des objectifs est de vérifier l'utilisation adéquate des données et la qualité de l'analyse. Un atelier avec les parties prenantes peut également s'avérer utile.

Les représentants résidents et les directeurs régionaux du Programme des Nations Unies pour le développement sont chargés de protéger la perception du public de l'impartialité qui doit être associée au PNUD et aux Nations Unies, ainsi que le niveau de qualité que les RDH doivent illustrer. Ils doivent s'assurer que les RDH respectent les six principes de base énoncés dans le module des normes de qualité du RDH, ainsi que les procédures et les normes énoncées dans la politique sur les publications du PNUD (encadré 1). Ils doivent évaluer l'exactitude, la pertinence et l'actualité des données, la solidité de l'analyse, la transparence, l'équité et l'impartialité des arguments, ainsi que la cohérence des recommandations quant aux données et à l'analyse, et en tant que solutions concrètes dans le contexte de la situation actuelle du pays ou de la région.

Les RDH doivent répondre à des normes strictes en matière de qualité du contenu, de la rédaction, de l'édition, de la traduction, de la conception et de l'impression. La politique relative aux publications du PNUD décrit les normes auxquelles tous les produits et publications du PNUD doivent adhérer pour protéger l'image de l'organisation à l'externe. Cette politique ne se limite donc pas aux RDH. Nous mettons ici l'accent sur certains points qui peuvent être utiles pour élaborer un RDH. (Pour plus de précisions, voir la description complète de la politique.)

Identité organisationnelle

Même si la créativité est encouragée pour la conception des publications du PNUD, il est essentiel de conserver une identité organisationnelle cohérente. Ainsi, tous les services doivent suivre les critères suivants:

Le logo du PNUD doit apparaître sur la couverture des publications imprimées. La politique sur l'utilisation du logo est disponible à cette adresse :

  • Politique relative à l'utilisation du logo (à la disposition du personnel du PNUD)
  • Logo du PNUD (à la disposition du personnel du PNUD)
  • Dans une publication avec d'autres partenaires (comme d'autres organismes des Nations Unies, institutions gouvernementales, organisations de la société civile ou entités du secteur privé), tous les logos doivent être placés sur la même ligne, que ce soit en bas ou en haut de la couverture. Tous les logos doivent être égaux sur le plan visuel : aucun logo ne doit prévaloir.
  • La description type du PNUD doit apparaître au début ou à la fin de chaque publication. Cette description type est disponible en anglais, français et espagnol (à la disposition du personnel du PNUD).
    La quatrième de couverture doit indiquer la date de publication et les coordonnées à contacter pour obtenir des exemplaires et des informations. Généralement, les coordonnées sont l'adresse postale, les numéros de téléphone et de fax, et les adresses e-mail et du site Web du service du PNUD.
  • Les services doivent également chercher à obtenir un numéro ISBN ou ISSN. En règle générale, toutes les publications destinées à la vente doivent porter un numéro ISBN.
  • Les services doivent également chercher à obtenir un numéro ISBN ou ISSN. En règle générale, toutes les publications destinées à la vente doivent porter un numéro ISBN.

Les appellations employées et la présentation des données sur cette carte n'impliquent en aucun cas l'expression d'une quelconque opinion de la part du Secrétariat des Nations Unies ou du PNUD concernant le statut juridique d'un pays, territoire, ville ou zone, ou de son gouvernement, ou bien concernant le tracé de ses frontières géographiques ou administratives.

La procédure d'assurance qualité

La procédure d'assurance qualité (à la disposition du personnel du PNUD) a été mise en place pour garantir la qualité, la pertinence, la cohérence et l'impact des produits et publications du PNUD et pour promouvoir l'image institutionnelle du PNUD. Elle vise également à aider à accroître la visibilité du PNUD dans les pays donateurs et ceux du programme, dans l'optique de rallier l'adhésion au PNUD.

Chaque Bureau régional ou Centre régional est responsable de la mise en œuvre de la procédure d'assurance qualité et de la gestion quotidienne de l'assurance qualité dans la production des publications (telles que les RDH régionaux) et rend compte à l'Administrateur du PNUD. Toutes les publications du PNUD, dont les RDH mondiaux et régionaux, doivent être approuvées par le Bureau exécutif avant qu'elles ne soient publiées.

Les Bureaux de pays sont encouragés à appliquer eux aussi cette procédure d'assurance qualité. Les représentants résidents du PNUD sont chargés des RDH nationaux et responsables de la qualité du produit final.

Diffusion

Tout doit être fait pour produire des publications dans les langues de travail du PNUD : l'anglais, le français et l'espagnol. Si en raison de contraintes budgétaires, les publications du PNUD ne peuvent pas être traduites, les bureaux sont encouragés à rédiger des résumés dans les langues de travail du PNUD concernées.

Les services doivent examiner le potentiel de vente des publications, en s'appuyant sur les expériences internes et externes au PNUD.

Tous les rapports publiés doivent être disponibles en ligne à des fins de promotion et de sensibilisation. Cette mise en ligne doit se faire avant la date de lancement, afin de toucher les médias en toute sécurité et sous réserve d’embargo, le cas échéant. Chaque publication sur Internet devra inclure les éléments suivants : informations bibliographiques complètes avec une note sur les langues disponibles, où obtenir cette publication et son prix, le cas échéant.

Les services rédigeront un résumé de leur publication que le PNUD pourra utiliser pour informer l’opinion publique, dans des catalogues ou sur ses sites Web. Les services doivent également mettre à jour ou corriger ces informations sur leurs propres sites Web.

2. Préparer et présenter une nouvelle version pour examen externe par les pairs

Tout doit être fait pour prendre en compte les commentaires des examinateurs. Si les auteurs sont en désaccord avec des commentaires, ils doivent répondre aux auteurs de ces derniers en leur expliquant pourquoi leurs observations n'ont pas été prises en compte.

  • Préparez le texte pour examen en intégrant les observations issues des consultations sur la première version intégrale, en adaptant l'analyse et en affinant les arguments et les principaux messages en fonction des besoins.
  • Partagez la version préliminaire avec des experts extérieurs clés afin de vérifier les analyses et l'utilisation des données et de tester les messages.
  • Chaque RDH national et régional doit être revu par deux ou trois examinateurs experts indépendants qui n'ont pas pris part à sa rédaction ou aux recherches. Veillez à ce qu'au moins un des examinateurs soit un expert des questions de genre. Le cas échéant, organisez une étude statistique avec des experts techniques pour vérifier l'exactitude et la rigueur méthodologique. D'autres experts, dont des consultants étrangers, peuvent également être impliqués dans ce processus d'examen.

Cet examen peut même être mené par un comité de pairs composé par exemple de représentants d'organisations partenaires, du secteur privé, du monde universitaire, de la société civile et de décideurs politiques.

L'examen externe par les pairs doit viser à contribuer à l'impartialité d'un RDH. Il est donc essentiel pour garantir la qualité et la crédibilité d'un RDH et pour cette raison, le processus d'examen par les pairs doit être décrit directement dans le RDH.

Le PNUD propose son aide pour organiser les examens par les pairs.

3. Préparer et présenter la version finale pour examen à l'échelon supérieur

  • Tenez compte des observations issues de l'examen par les pairs et des consultations connexes, le cas échéant, dans la version finale.
  • Résumez les recommandations dans un ou deux emplacements du texte, généralement au début ou à la fin, mais aussi à des endroits stratégiques de chapitres pertinents. Regroupez les recommandations de façon appropriée, mais aussi dans l'optique d'attirer l'attention d'un public qui peut ne pas toujours vouloir ou pouvoir lire le rapport d'un bout à l'autre. Bien entendu, les principales recommandations, ainsi qu'une brève mais convaincante analyse doivent être présentes dans l'introduction, la présentation générale ou le résumé analytique, en fonction de leur présence et de leur pertinence. Utilisez l'introduction, la présentation générale ou le résumé analytique pour cibler particulièrement le lecteur pressé qui n'a le temps d'assimiler que les principaux points. Pour cette raison, de courts résumés des chapitres peuvent également être ajoutés.
  • Formulez les messages principaux et placez-les à un endroit très visible du rapport. Les messages principaux peuvent couvrir les recommandations, mais doivent également inclure les conclusions significatives et les données notables qui se sont avérées importantes pour l'analyse, en particulier les nouvelles données. Faites-vous aider par le groupe de suivi pour identifier les principaux messages qui seront mis en exergue pendant la mise en œuvre de la stratégie de communication et médiatique, au lancement et au cours du suivi. Le groupe de suivi doit contribuer à affiner ces messages.
  • Préparez les parties liminaires et complémentaires. Ajoutez les éléments suivants :
    • une page de titre et une quatrième de couverture, une page de droits d'auteur, une table des matières, un avant-propos (facultatif), un résumé (facultatif), une préface (facultative), des remerciements (facultatifs), une liste des contributeurs (facultative), une liste des abréviations et acronymes (facultative), et une introduction, une présentation générale ou un résumé analytique ;
    • une description du processus d'élaboration du RDH et de la méthodologie employée : cela doit figurer dans l'introduction ;
    • des notes de bas de page ou en fin de document ;
    • des appendices ou annexes (facultatives) : une annexe non statistique contient des éléments qui appuient un argument, mais qui alourdiraient le texte principal s'ils y étaient ajoutés ; on peut citer comme exemples les résumés d'approches théoriques, les résumés de données qualitatives et la méthodologie de collecte y afférente, les renseignements anecdotiques, un exposé supplémentaire sur certains points du rapport et le texte de la législation concernée ;
    • un glossaire des termes statistiques ou techniques (facultatif) ;
    • une bibliographie complète ou une liste de référence de toutes les sources, notamment celles de données (qui peuvent être intégrées aux notes de bas de page ou en fin de document) ;
    • un index (facultatif, mais recommandé).
  • Entreprenez un examen à l'échelon supérieur. Conformément à la politique sur les publications du PNUD (voir encadré 1), avant leur publication, les RDH nationaux doivent être examinés et approuvés par les représentants résidents, et les RDH régionaux doivent être examinés par le Bureau de l'Administrateur du PNUD. En pratique, il est donc important de tenir informés le Bureau de pays, les Bureaux régionaux, les Centres régionaux et le Bureau du Rapport sur le développement humain au sujet des points critiques tout au long du processus de RDH.
  • Le statisticien en chef du BRDH doit être consulté sur la collaboration avec les bureaux nationaux de statistiques, ainsi que sur l'accord concernant les indicateurs relatifs à l'IDH avec la Commission de statistique des Nations Unies. Le BRDH est également disponible pour examiner les versions préliminaires des RDH afin d'évaluer la rigueur avec laquelle sont appliquées l'approche du développement humain et les méthodologies statistiques, notamment la mesure de l'IDH et d'autres indicateurs de développement humain.
  • En cas de rapports jugés sensibles sur le plan politique, les Bureaux régionaux ou les Centres régionaux et le BRDH peuvent recommander un examen supplémentaire et la validation du Bureau de l'Administrateur du PNUD. La sensibilité sur le plan politique peut être déterminée en fonction de circonstances propres au pays et de la visibilité dans le débat international. La diffusion préalable d'une note conceptuelle est essentielle pour maîtriser une telle situation le plus rapidement possible.
  • Malgré ces contraintes nécessaires liées à l'examen et à l'approbation, les RDH nationaux et régionaux doivent comporter un avertissement type, dans lequel les auteurs assument l'entière responsabilité du contenu des rapports et le PNUD, son Conseil d'administration et ses États membres se dégagent de toute responsabilité. Cet avertissement peut prendre la forme suivante:
  • Les opinions exprimées dans la présente publication sont celles de l'auteur ou des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du Programme des Nations unies pour le développement, des Nations Unies en général ou des États membres des Nations Unies.
  • Les noms des auteurs ne doivent pas figurer sur la couverture, mais ils peuvent apparaître sur la page de titre intérieure.

4. Créer et imprimer le produit final

Les RDH doivent aborder en détail les questions économiques et sociales afin de présenter les considérations politiques souvent complexes. Ils n'intéressent donc normalement pas un lectorat grand public. Cependant, ils cherchent à attirer l'attention des spécialistes, chercheurs, décideurs politiques et donateurs d'aide au développement, qui sont déjà très sollicités. Pour cette raison, ils doivent se démarquer dans le secteur encombré des publications sur le développement.

Pour y parvenir, un RDH réussi doit se caractériser par un langage fluide, un aspect visuel agréable et s'appuyer sur une association intéressante d'éléments graphiques. Une présentation efficace tout en étant diversifiée augmente la probabilité que les lecteurs cibles prennent un exemplaire du RDH, le lisent et découvrent ses messages.

Préparez le texte. Remettez le texte au réviseur et au traducteur (si nécessaire), comme suit :

  • Procurez-vous le guide de style du PNUD et étudiez d'autres RDH nationaux et régionaux afin de déterminer l'apparence visuelle adéquate du rapport. Définissez un style de référence pour le formatage, l'orthographe, les références et autres. Les auteurs, rédacteurs, réviseurs et correcteurs devront se familiariser avec ce style de référence.
  • Remettez le texte au réviseur, qui doit en vérifier la cohérence et l'exactitude et s'assurer que le langage et le style sont rigoureux, harmonieux et attrayants, conformes au style de référence et au guide de style du PNUD, et qu'ils renforcent les messages du rapport.
  • Désignez le détenteur des droits d'auteur, conformément à la législation nationale et internationale et aux pratiques régionales. Obtenez un ISBN pour la distribution commerciale. Assurez-vous que l'année du lancement et l'année sur la couverture sont les mêmes que l'année sur la page des droits d'auteur.
  • Indiquez dans le texte comment obtenir un exemplaire papier et accéder à la version en ligne du rapport. Il a été établi dans la politique sur les publications du PNUD que les rapports publiés doivent être mis en ligne avant leur diffusion aux médias et les actions de sensibilisation. Le BRDH peut aider les Bureaux de pays à publier les RDH en ligne. L'existence du site Web donne la possibilité de l'utiliser comme outil de communication et de sensibilisation. (Voir le cas du RDH régional 2003 d'Europe de l'Est et d'Asie centrale).
  • Commencez la traduction du rapport, le cas échéant. Le rapport complet doit être disponible dans la principale langue nationale ou régionale et les autres langues locales. Tout doit être fait pour que le rapport existe également en anglais, espagnol ou français. Si ce n'est pas possible financièrement, les parties importantes et les résumés contenant les principaux messages, conclusions et recommandations doivent être traduits dans les langues locales et en anglais, espagnol ou français (ou dans toutes ces langues).
  • Remettez le texte au maquettiste
  • Transformer les éléments d'un RDH – analyse, données quantitatives, études de cas, points de vue des parties prenantes, etc. – en un rapport qui soit simple, mais accrocheur et qui suscite l'intérêt exige de la créativité dans sa conception et sa mise en page.

Le maquettiste doit arranger le rapport autant que possible pour attirer le public cible. C'est la couverture qui donne la toute première impression. Elle doit exprimer le thème du rapport de manière claire mais intrigante. Des photographies, dessins ou cartes peuvent permettre d'éveiller la curiosité du lecteur.

Si un processus de RDH a été suffisamment participatif, les points de vue des acteurs locaux et des personnes vivant dans des communautés concernées par les thèmes et les questions analysés dans le rapport ont alors été bien étudiés. L'intégration de ces données, qui peuvent provenir d'études de cas, d'entrevues, de citations puisées dans des échanges de groupes de discussion, ou bien d'enquêtes, contribue à renforcer le pouvoir d'action de ceux qui ont partagé leurs expériences, reflète fortement l'approche axée sur la population et le développement humain qui doit caractériser le rapport et apporte une qualité nouvelle et immédiate qui enrichit le texte et attire aisément l'attention des lecteurs. (Les RDH 2003 du Pakistan et de la Thaïlande en sont de bons exemples.) Le maquettiste peut s'attacher à créer une présentation attrayante de ces éléments, qui parle au public cible et renforce la crédibilité du rapport.

Voici quelques autres principes de base :

  • Équilibre : présenter la page de sorte que l'agencement des éléments – texte, tableaux, encadrés, graphiques, photos et illustrations, messages et données – soit clair et simple, mais diversifié.
  • Cohérence : conserver des styles de présentation spécifiques tout au long du rapport pour aider le lecteur à reconnaître et parcourir facilement les différentes composantes.
  • Contraste : étudier l'utilisation de la taille, de la couleur et de la police de caractère pour ajouter de la variété.
  • Proximité : présenter les éléments de façon rapprochée ou éloignée pour suggérer une relation ou une absence de relation.
  • Utilisation judicieuse de l'espace : Chaque élément graphique doit avoir un objet clair et concret, et contribuer à une mise en page épurée. Il faut s'assurer que le lecteur ne fatigue pas en raison d'un manque d'espace et d'une surcharge d'informations sur la page. Des marges peuvent être utilisées pour mettre en exergue certains messages ou pour accueillir des éléments intéressants, tels que des titres, des photos ou des illustrations.
  • Imprimez le rapport. En temps utile, confirmez un partenariat avec les publications du BRDH et des Nations Unies (voir encadré 2 ci-dessous) ou un éditeur commercial. Si une équipe chargée du RDH souhaite étudier la possibilité de s'appuyer sur une édition commerciale, il convient d'établir les contacts appropriés au cours des étapes préliminaires de la préparation du RDH. Le BRDH peut donner des conseils sur un éditeur et, de concert avec l'équipe chargée du rapport, peut enquêter sur le recours à un éditeur commercial général, une maison d'édition universitaire ou un éditeur spécialisé dans les sciences sociales. (L'encadré 2 ci-dessous donne des informations utiles tirées de la « Note du BRDH sur l'édition commerciale ».) Il fait envisager de proposer la publication à l'éditeur le plus prestigieux du pays ou de la région. Les éditeurs locaux ont probablement de meilleurs réseaux de distribution locaux et plus d'expérience quant à la demande locale. Ils peuvent offrir des services d'édition, de révision, de conception graphique, de production et d'impression, ainsi que de promotion, de vente, d'enregistrement des droits d'auteur et d'accords de réimpression. Les éditeurs internationaux tels qu’Oxford University Press publient régulièrement les RDH de certains pays et régions.

Publication locale

Les éditions en catalan, allemand et japonais sont des exemples de versions linguistiques de RDH produites et publiées au niveau national, qui peuvent servir de source d'inspiration pour les équipes des RDH nationaux et régionaux.

Un éditeur commercial

Le BRDH produit le RDH mondial en six langues. Des éditeurs commerciaux assurent la promotion et la publication de certaines versions linguistiques. Un éditeur commercial bénéficie d'un réseau publicitaire et de distribution capable d'augmenter la visibilité du rapport. Cependant, plus petit est le marché, moins les RDH, également disponibles sans frais sur le site Web du PNUD, auront de chances d'attirer les éditeurs commerciaux.

Pour le RDH mondial, le BRDH paie l'impression et l'envoie à l'éditeur sous contrat. Le contrat d'édition généralement conclu par le BRDH engage l'éditeur à acheter un certain nombre d'exemplaires à un tarif fixé. Il n'y a pas de royalties pour le PNUD qui détient cependant les droits d'auteur.

Jusqu'en 2011, en vertu d'un tel accord, Palgrave Macmillan a vendu environ 2500 exemplaires du RDH en langue anglaise. (Il est à noter que le partenariat avec Palgrave Macmillan a pris fin cette année. Les publications des Nations Unies sont maintenant le principal distributeur des RDH mondiaux.) Palgrave Macmillan avait aussi un accord distinct avec le PNUD et le BRDH pour publier et vendre une édition à bas coût en noir et blanc, qui était imprimée à la demande pour le marché sud-asiatique. Le BRDH étudie cette option pour le marché africain. Ce même modèle est suivi pour l'édition espagnole du RDH, qui est publiée par Mundi Prensa.

Publications des Nations Unies

Les Publications des Nations Unies sont également éditeur des RDH et distribuent chaque année des RDH en différentes langues. Les chiffres des ventes montrent que malgré l'accord de co-édition avec Palgrave Macmillan (jusqu'en 2011) et le fait que les RDH soient disponibles en ligne gratuitement par l'intermédiaire du PNUD, les Publications des Nations Unies vendent plusieurs centaines d'exemplaires des RDH en anglais chaque année.

Les rapports nationaux et régionaux publiés par les Publications des Nations Unies profiteraient de l'accès de l'éditeur aux canaux de distribution des livres et aux réseaux de bibliothèques. Ils seraient également intégrés aux actions marketing des Publications des Nations Unies, qui touchent des dizaines de milliers de lecteurs chaque année.

L'édition électronique est une autre option. En accord avec les bureaux émetteurs du PNUD, les Publications des Nations Unies pourraient créer des éditions pouvant être lues sur un ordinateur portable, iPhone, iPad, Kindle, Nook, Sony Reader et autres liseuses grand public. Elles pourraient également mettre à disposition la version numérique sur Google Livres, qui aide les éditeurs à rendre leurs contenus accessibles via les moteurs de recherche. À cette fin, les Publications des Nations Unies ont mis en places des directives spécifiques pour la production.

Les Publications des Nations Unies semblent enclines à commercialiser, distribuer et vendre les RDH nationaux et régionaux. Pour les ventes des éditions imprimées, l'anglais est probablement la langue qui profite du marché le plus important, bien que les livres numériques se vendent bien également dans d'autres langues.

Tout bureau projetant de publier un RDH national ou régional doit contacter les Publications des Nations Unies dans les meilleurs délais. Soyez prêt à fournir des informations sur le prochain rapport. Sur la base de ces informations, les Publications des Nations Unies détermineront le potentiel de vente du rapport et, le cas échéant, proposeront une réflexion sur les lignes directrices de la conception et de la production éditoriale et sur un prix de catalogue. Un accord sur la production papier sera également nécessaire. Par exemple, si le rapport doit être publié uniquement en noir et blanc, les Publications des Nations Unies proposeront d'utiliser son réseau d'impression à la demande, au lieu d'expédier les exemplaires depuis un bureau du PNUD jusqu'à son entrepôt, puis vers le pays de l'acheteur. Les facteurs de coûts, tels que le transport (par sachet) et le coût unitaire facturé aux Publications des Nations Unies, devront également être déterminés. Si les Publications des Nations Unies impriment à la demande, cela couvrira les coûts d'impression.