Rapport sur le développement humain 2002

Approfondir la démocratie dans un monde fragmenté

Le développement humain se préoccupent de la politique. La réduction de la pauvreté dépend tout autant des pouvoirs politiques accordés aux pauvres que des opportunités qui s’offrent à eux en matière de progrès économiques. La démocratie s’est avérée être le système de gouvernance le plus apte à arbitrer et à prévenir les conflits, et à garantir le bien-être à long terme. En permettant aux personnes de choisir comment et par qui elles sont gouvernées, la démocratie intègre des principes de participation et de responsabilisation dans le processus du développement humain.

Ce Rapport traite de la politique et du développement humain. Il étudie comment le pouvoir et les institutions politiques – officiels et non officiels, nationaux et internationaux – façonnent le progrès humain. Il décrit les efforts que les pays devront déployer pour mettre en place un système de gouvernance démocratique de nature à faire avancer le développement humain pour tous, dans un monde où les laissés-pour-compte sont encore trop nombreux.

Le développement humain se préoccupent des politiques car, partout, les individus désirent être libres de décider ce qu’ils veulent faire de leur existence, d’exprimer leur opinion et de prendre part aux décisions qui les touchent directement. Ces capacités comptent autant pour le développement humain, pour l’élargissement de l’éventail des choix, que de savoir lire ou qu’être en bonne santé.

Le Rapport affirme que :

La démocratie doit être étendue et approfondie pour permettre à la politique et à ses institutions de favoriser le développement humain et de préserver la liberté et la dignité de tous les individus ;
Tout comme le développement humain suppose beaucoup plus qu’une augmentation des revenus, la gouvernance au service du développement humain suppose beaucoup plus que des institutions publiques efficaces ;
Les médias ne peuvent être pluralistes et indépendants qu’à condition d’échapper au contrôle de l’État, mais aussi aux pressions des entreprises et de la sphère politique ;
De nouvelles formes de collaboration entre les pouvoirs publics et les groupes de la société civile contribuent à accroître le pluralisme dans la politique mondiale ;
Les initiatives internationales destinées à promouvoir des changements ne peuvent fonctionner si les acteurs nationaux se sentent exclus.

Democracy